12.05.2016: Tirage en direct de la liste des 23 joueurs retenus par Didier Deschamps pour l'Euro 2016  
Gardiens : B.Costil, H.LLoris, S.Mandanda  
Défenseurs : L.DIGNE, P.EVRA, C.JALLET,L.KOSCIELNY, E.MANGALA, J.MATHIEU, B.SAGNA, R.VARANE 
Milieux : Y.Cabaye, L.Diarra, N.Kante, B.Matuidi, P.Pogba, M.Sissoko
Attaquants : K.Coman, A-P.Gignac, O.Giroud, A.Griezmann, A.Martial, D.Payet 
Réservistes : A.Areola, H.Ben Arfa, K.Gamerio, A.Lacazette, A.Rabiot, M.Schneiderlin, D.Sidibe, S.Umtiti
Matches : Euro 2016
{{single_date_match.date_value_day}} {{single_match.match_description}}
{{single_match.team1_goals}} - {{single_match.team2_goals}} P {{single_match.team1_plenty_goals}} - {{single_match.team2_plenty_goals}} -
{{single_match.stadium_name}}
Parier
{{single_date_match.time_value}} {{single_date_match.channel_name}}
Euro 2016 : Résultats
Pas de résultat
{{rdata2.match_sch_datetime | myshortDay}}
{{rdata2.team1_goals}} - {{rdata2.team2_goals}} -
{{rdata2.stadium_name}}
{{rdata2.channel_name}}
Euro 2016 - Classement
 

Euro 2016 - Accueil

 
10.05.2016 - la plus grande Fan Zone de l'Euro 2016 aux pieds de la Dame de Fer

La plus grande fan zone a été dévoilée aujourd'hui. Elle est située aux pieds de la Tour Eiffel et acceuillira fans et concerts pendant la plus grande fête du ballon rond en Europe ! Renvez-vous le 10 juin 2016 ! Le budget des fans zones des 12 villes de l'Euro 2016 se monte à 24 millions !

Retrouvez le calendrier de l'Euro 2016 sur Euro2016Football.com...

09.05.2016 - L'Italie veut se racheter !

L'Euro 2016 sera très importante pour l'Italie, car cette nation veut oublier ses récentes contre-performances et notamment au Mondial 2014. Les Italiens n'ont plus gagné depuis la Coupe du Monde 2006 !

Lors des derniers Championnats d'Europe, l'Italie a alterné le bon et le mauvais, puisque la Squadra a quand même été finaliste de l'Euro 2012, lourde défaite devant l'Espagne (0-4).

Retrouvez l'article sur l'Italie ici...

08.05.2016 - L'Espagne à la reconquête !

Championne d'Europe 2008 et 2012, l'Espagne va tenter de réaliser un triplé, mais surtout, les Espagnols vont essayer d'effacer la déception du Mondial 2014 au Brésil. Vicente del Bosque sera encore le sélectionneur de la Roja pour un nouveau trophée.

Par rapport à ses derniers titres, l'Espagne pourra encore compter sur ses joueurs d'expérience comme Sergio Ramos, Sergio Busquets, Andres Iniesta, Piqué...Cette année, l'Espagne était sur tous les fronts, finale de Ligue des Champions avec le Real Madrid et l'Atlético Madrid ou encore finale en Europa League avec le FC Séville..., donc il faudra sûrement compter sur la Roja à l'Euro 2016.

Retrouvez l'article sur l'Espagne ici...

07.05.2016 - L'Angleterre en favori ?

Le dernier trophée de l'Angleterre, c'est une victoire lors de la Coupe du Monde 1966 ! Autant dire que les « Three Lions » ont soif et l'Euro 2016 arrive peut-être au bon moment avec la montée en puissance d'une belle et même très belle...

Retrouvez l'article sur l'Angleterre ici...

La Roumanie en reconstruction ?

Si la France et la Suisse sont les deux favoris du Groupe A de l'Euro 2016, il faudra se méfier de cette équipe de Roumanie en reconstruction depuis quelques années et qui commence à récolter de beaux fruits.

La Roumanie va ouvrir l'Euro 2016 par un formidable test, puisque les joueurs d'Anghel Iordanescu vont défier l'équipe de France. Attention, le pays hôte a souvent trébuché lors du match d'ouverture !

Retrouvez tout l'article ici...

L'équipe de France enchaîne les pépins !

L'équipe de France est attendue dans son Championnat d'Europe, mais attention, quelques soucis sont venus ralentir la belle marche en avant des Tricolores. Didier Deschamps va devoir faire face à de nombreux contretemps avant cet Euro 2016 !

A quelques jours de l'annonce du groupe des 23 joueurs Français pour l'Euro 2016, la situation est un peu floue autour de cette équipe de France. Le staff des Bleus enchaîne les pépins !

Retrouvez l'article ici...

Victoire de la France

L'équipe de France a battu les Pays-Bas 3 à 2 vendredi à Amsterdam avec en prime un petit bijou d'Antoine Griezmann à Amsterdam.

Retrouvez la vidéo ici

RDV Mardi 29 mars à 21h00 pour le match France - Russie au Stade de France à Saint-Denis

Liste de Didier Deschamps annoncéee ce jeudi 17 mars à 14h

Le sélectionneur des Bleus annoncera jeudi la liste des joueurs retenus pour les deux rencontres de l'Equipe de France pour ses prochains matches internationaux :

Vendredi 25 mars - 20h45 : Pays-Bas 2 - 3 France à Amsterdam

Mardi 29 mars - 21h00 : France - Russie à au Stade de France

Tirage au sort des groupes de l'Euro 2016

Samedi 12 décembre 2015 la France a les adversaires de son groupe A ainsi que toutes les autres équipes. Tirage en direct sur Euro2016fooball.com et LeFoot.fr à 18 sur TF1 et beINSOPRTS.

Groupe A : France, Albanie, Roumanie, Suisse

Groupe B : Angleterre, Russie, Pays de Galles, Slovaquie

Groupe C : Allemagne, Ukraine, Pologne, Irlande du Nord

Groupe D : Espagne, République Tchèque, Turquie, Croatie

Groupe E : Belgique, Italie, Eire, Suède

Groupe F : Portugal, Islande, Autriche, Hongrie,

Groupe A pour la France avec l'Albanie; la Roumanie et la Suissie? Etes-vous contents ...?

Matches amicaux Equipe de France Octobre 2015

Dimanche 11 octobre la France remporte le match au Danemark : Danemark 2 - 1 France

Jeudi 8 octobre large victoire des Bleus : France 4 - 0 Arménie

Matches amicaux Equipe de France Septembre 2015

Vendredi 4 septembre à 20:45 au stade Alavalade : Portugal 0 - 1 France

Samedi 7 septembre à 20:45 au Nouveau Stade de Bordeaux : France 2 - 1 Serbie


Retrouvez tous les résultats des qualifications Euro 2016 sur lefoot.fr


BILLETERIE EURO 2016 OUVERTE : Tout ce que vous devez savoir sur les places et billets de l'euro 2016 en France ! Cliquez-ici

Infos sur les phases de vente de billet et les prix des catégories de place pour chaque phase de l'euro 2016 avec la billeterie ouverte officiellement !


Si vous avez effectué unen demande pour acheter les billets EURO 2016, vous avez dû recevoir la décision aujourd'hui 22 juillet 2015 !

Etes-vous parmi les premiers heureux élus parmi les quelques 11 264 142 demandes de billets ?

Si vous n'en avez pas encore, rassurez-vous tout n'est pas perdu car des billets supplémentaires seront mis en vente en décembre après le triage au sort de la phase finale.
Pour ceux qui ont un peu plus de moyens, il y a également des packages VIP EURO 2016 disponibles dès maintenant.

Quelque ce soit votre situation, rendez-vous sur le site officiel de l'euro 2016 !

Matches amicaux Equipe de France Juin 2015

Dimanche 7 juin à 21:00 au stade de France : France 3 - 4 Belgique
Match perdu même si la France a remonté des buts...

Samedi 13 juin à 18:00 à Elbasan : Albanie 1 - 0 France


Victoire de l'Equipe de france face au Danemark

La France a battu 2 à 0 les Danois avec des buts de signé Lacazette et Giroud en premiè pé ! Le match perdu face aux Brésiliens est oublié !

Défaite de la France 1 à 3 contre le Brésil ce jeudi 26 mars.

Les Bleus vont de voir se reprendre pour affronter le Danemark et revenir sur un rythme gagnat !

Match amical France 1 - 3 Brésil : jeudi 26 mars 2015 !

L'Equipe de France se prépare à la rencontre face él'équipe brésilienne : les Bleus et le stade de France observeront une minute de silence avant le match !
Benzema se confie sur le match du jeudi 26 mars : bonne chance pour les Bleus !

Journée 5 (Matchs disputés entre le 27 et le 31 mars)

Cette 5ème journée des qualifications marquaient la fin de la phase aller. Elle a également permis de confirmer certaines tendances lourdes depuis le début de ces éliminatoires. Mais aussi de relancer l'intérêt et le suspense de certains groupes. Revue poule par poule

Groupe A

Sur son banc, Guus Hiddink formulait déjà sa lettre de démission. Les Pays-Bas se dirigeaient vers une nouvelle contre-performance et leur qualification pour la phase finale ne tenait plus qu'à un fil. C'est alors que l'avant-centre de Schalke 04, Huntelaar, a surgi pour répondre à l'ouverture de l'inusable Burak Yilmaz. Une égalisation qui permet aux Bataves de préserver leur 4e place aux dépens des Turcs. Dans le même temps, l'Islande, après son accroc à Prague, a repris sa marche en avant pour signer son 5e succès. Le retour de Gudjohnsen y a été pour beaucoup. L'ancien barcelonais a retrouvé ses jambes et également le chemin des filets (il n'avait plus marqué avec sa sélection depuis septembre 2009). Résultat, les Islandais s'envolent en tête du classement. Car voilà, la République Tchèque n'a pu faire mieux que nul face à la Lettonie.

Groupe B

Les Diables Rouges avaient débuté bien timidement leur campagne qualificative. Les voilà désormais bien installés en tête de leur poule. Après avoir martyrisé Chypre dans de grandes largeurs, les partenaires d'Eden Hazard ont fait preuve d'un froid réalisme à Tel Aviv pour mettre à jour leur calendrier. Fellaini, auteur de son 3ème but 2 matchs, avait ouvert la voie à son succès tranquille que l'emprise de ses coéquipiers confirmer. Mais la physionomie du match allait totalement s'inverser à la pause. Courtois fut alors diabolique. Réussissant parade sur parade pour préserver sa cage inviolée. Conséquence, Israël, qui avait signé 3 victoires de rang, s'inclinait pour la 2ème fois en moins de 4 jours sur ses terres. Les Gallois ayant mis fin à leur invincibilité quelques jours plus tôt. Dans le sillage de leurs stars, Bale (Real Madrid) et Ramsey (Arsenal), auteurs des 3 réalisations, ils se rapprochent de leur première phase finale de leur histoire. Le choc entre la Belgique et le Pays de Galles en juin s'annonce déjà brûlant !

Groupe C

La défaite concédée en Slovaquie est un boulet que l'Espagne traîne depuis comme un fardeau. L'obligeant à un sans-faute au risque de voir les deux premiers strapontins lui échapper. C'est dire tout l'enjeu que revêtait la réception de l'Ukraine avec qui elle se partageait la 2ème place. Elle se partageait puisque la Roja est parvenue à s'imposer. Grâce à la première réalisation en sélection d'Alvaro Morata, l'avant-centre de la Juventus formé au Real. Un succès acquis dans la douleur. La faute à un manque de réalisme en première période, à l'image de cette tête de Sergio Ramos s'écrasant sur la barre. La faute aussi au talent du maître à jouer du Dnipro, Rotan. Par 3 fois au cours du second acte, il a obligé Casillas à s'employer. En état de grâce, San Iker a préservé, quasi miraculeusement, cet avantage ô combien capital. Car dans le même temps, la Slovaquie a poursuivi son sans faute. En enchaînant face au Luxembourg, un 5ème succès en autant de matchs.

Groupe D

Les lendemains de fête ressemblent parfois à de sacrés casse-têtes. Demandez un peu aux Allemands, tout frais champions du Monde, et aux Polonais, récents vainqueurs de la Maanschaft pour la première fois de leur histoire. Les hommes de Joachim L¨w, depuis leur sacre au Brésil, sont méconnaissables. En panne d'imagination offensivement et friables défensivement, ils ne dominent plus leur sujet. La machine s'était de nouveau grippée en amical face à l'Australie (2-2) quelques jours avant le déplacement en Géorgie. A Tbilissi, elle s'est montrée plus à son aise face à un adversaire somme toute limitée. Reus et Müller ont ainsi concrétisé la domination sans partage des Allemands. Celle des Polonais, dans le groupe D, a été douchée par l'égalisation irlandaise au bout du temps additionnel, signée Long. Une délivrance longue à se dessiner pour les britanniques mais qui colle trait pour trait à la physionomie d'un match au cours duquel les Polonais ont eu le mérite de se montrer d'un froid réalisme. Avec l'Ecosse toujours en course pour la qualif', le suspense dans cette poule demeure intact !

Groupe E

Dans une poule qui n'avait rien d'un groupe de la mort, l'Angleterre trace sa route avec autorité. Son succès en Suisse, contre son adversaire le plus dangereux, l'avait placé dans les meilleures dispositions. Depuis, elle n'a cessé d'afficher un élan offensif qui permet à Roy Hogdson de travailler dans une plus grande sérénité et lui permet de se rapprocher d'un public qui lui reproche encore sa Coupe du Monde manquée au Brésil. Face à la Lituanie, ses supporters ont notamment pu apprécier les premiers pas d'Harry Kane sous la tunique des Trois Lions. Auteur d'une remarquable saison avec Tottenham, il a su maitriser ses émotions pour s'inscrire son premier but en sélection 79 seconds après son entrée en jeu… Permettant aux siens de s'offrir un large succès (but de Rooney et doublé de Wellbeck). La Suisse a connu pareil destin face à l'Estonie. Confirmant ainsi son redressement après ses 2 revers inauguraux. Sa 3ème victoire de rang lui permet de s'installer à la 2ème place.

Groupe F

Après son improbable revers face aux Iles Féroé sur son terrain, la Grèce a subi un traumatisme profond. Comme si la crise économique qui pollue le quotidien de millions de ses habitants s'était subitement propagée à un secteur jusque-là préservé des tourments. Claudio Ranieri, l'ancien entraîneur de Monaco, n'a pas résisté à la pression populaire. La fédération hellène n'a eu d'autre choix que de le renvoyer et de nommer à la tête de sa sélection l'Uruguayen Sergio Makarian. Le changement n'a pas radicalement transformé le visage de la Grèce. Toujours aussi frileuse offensivement, elle s'est, en revanche, montrée particulièrement incisive sur le plan défensif. Pour la nouveauté, on repassera donc. Résultat, elle est revenue de Hongrie avec le point du nul au terme d'un tristounet 0-0. Qui ne fait pas vraiment les affaires des Hongrois qui voient la Roumanie, vainqueur des Iles Féroé, et l'Irlande du Nord, tombeur de la Finlande, la devancer au classement.

Groupe G

Toujours contrarié d'avoir dû assister au Mondial brésilien depuis les tribunes du Maracana, Zlatan Ibrahimovic s'emploie à retrouver le sourire avec sa sélection. Une fois encore, le géant Suédois aura guidé sa formation à la victoire. En inscrivant un doublé en Moldavie, il a permis aux siens de sécuriser un succès primordial dans la quête d'un ticket pour l'Euro. Car après 3 nuls en 4 journées, l'avenir de la Suède était plus qu'incertain. Ces 3 points lui permettent d'entrevoir une éclaircie. Une éclaircie à peine voilée par le succès facile de l'Autriche aux dépens du Liechtenstein. Toujours invaincus, les coéquipiers de David Alaba, le latéral du Bayern Munich buteur pour l'occasion, s'avancent à grand pas vers la qualif'. La Russie s'est, pour sa part, totalement relancée dans la course à la 2ème place. Bien aidée en cela par les supporters monténégrins qui ont provoqué l'interruption du match après qu'Akinfeev ait été percuté par un fumigène lancé depuis les tribunes. Résultat, les hommes de Fabio Capello se sont imposés 3-0 sur tapis vert et préparent avec gourmandise la réception de l'Autriche en juin…

Groupe H

Lors de son voyage en Bulgarie, la Squadra Azzurra est passé par tous les états. Après une ouverture du score précoce, elle a reculé, subi puis fini par craquer sous les coups de butoirs bulgares. Par deux fois. Salvatore Sirigu, qui avait remplacé au pied levé un Buffon grippé, n'ayant pas été exempt de tout reproche. C'est alors qu'Antonio Conte s'est décidé à sortir de sa poche son joker. Son nom ? Eder. Il ne vous dit rien ? On ne vous en veut pas. Après avoir passé toute son enfance au Brésil, il a suivi ses parents et s'est installé en Italie. Depuis, il brille sous les couleurs de la Sampdoria. Et il n'a pas raté ses débuts avec la sélection italienne. Auteur de l'égalisation en fin de partie, il permet à l'Italie de préserver ses distances avec la Norvège et la Bulgarie pour la 2ème place. Si elle veut s'emparer de la tête, elle n'aura d'autre choix que de s'imposer en Croatie. En effet, les Croates, pourtant privés de Luka Modric (Real Madrid) n'ont fait qu'une bouchée des Norvégiens (5-1). Ca tombe bien, les Italiens sont attendus à Zagreb en juin…

Groupe I

Une fois n'est pas coutume, le Portugal s'est imposé. Et Cristiano Ronaldo n'a pas marqué. Et pourtant, le Ballon d'Or n'était ni blessé ni suspendu, mais bien présent sur la pelouse. Les joueurs de Monaco ont alors dû prendre le relais du Madrilène en manque de jus et de réussite. Ricardo Carvalho s'est ainsi muet en buteur en reprenant de la tête un corner tiré par… Moutinho. Avant que le meneur de jeu monégasque ne se convertisse une nouvelle fois en passeur décisif pour Fabio Coentrao. Dans l'intervalle, Matic avait fait passer un sacré frisson dans les rangs lusitaniens. Le milieu de terrain de Chelsea avait en effet égalisé d'une magnifique reprise de volée sous la barre. Insuffisant toutefois pour les Serbes qui ont peut être dit adieu à l'Euro. Avec 2 points après 4 journées, il leur faudra un miracle pour rattraper le Portugal, l'Albanie (vainqueur de l'Arménie 2-1) et le Danemark. Réponse en juin avec le déplacement des Serbes à Copenhague.

La réforme de Platini ne fait pas que des heureux !

Des voix outre-Manche notamment s'élèvent pour dénoncer l'hérésie de la décision du président de l'UEFA d'avoir ouvert la voie à une phase finale à 24 nations. Précisions version sauce anglaise…

Etant entendu qu'il est possible de tromper un certain nombre de gens un certain de nombre de fois, on entend ici ou là pas mal de personnes montrer leur reconnaissance envers Michel Platini. Pourquoi ? Pour avoir élargi le nombre de pays qualifiés à l'issue des éliminatoires et par conséquent amenés à participer à la phase finale en France en 2016. Ceux-là regardent les nations qualifiées et constatent avec délectation que plusieurs nations majeures sont en difficulté alors que l'Islande et l'Irlande du Nord sont bien parties pour valider leur ticket. Merci pour eux. Quel bonheur en effet de voir la carte européenne du football se redessiner sous nos yeux. Avec des nouveaux venus cherchant à bousculer l'ordre établi pour s'installer tout en haut de cette hiérarchie recomposée.

Mais ne vous méprenez pas. Cela ne vaut vraiment qu'avant le début de l'action. La vraie. Parmi les pays susceptibles de profiter des largesses de l'UEFA, on retrouve, par exemple, la Suisse et l'Ecosse. Deux formations que l'Angleterre a croquées sans sourciller. Puisqu'il est de bon ton de faire preuve un peu de clairvoyance, nous ne pouvons décemment pas considérer la sélection de Roy Hodgson comme un prétendant sérieux au titre. Tout au plus, elle ressemble à un immense chantier à ciel ouvert où les imperfections sont partout et les automatismes nulle part. Dès lors, il est légitime de se poser la question suivante : l'arrivée de ces « nouveaux » pays apportent-ils quelque chose à la compétition et à son intérêt ?

Disons le tout clair, nous adorons voir les gros bras tombés à tour de rôle en Coupe d'Angleterre face à des petits aux dents longues comme Bradford City et Millwall. Nous trouvons l'histoire un peu moins belle lorsque ces derniers se hissent en final et qu'ils sont, à leur tour, mangés tout cru au cours d'un match dénué de toute intérêt (l'exemple est valable pour la Coupe de France aussi). De la même façon, il aurait été bien plus passionnant de vivre ces éliminatoires sous le règlement prévalant avant cette édition (16 qualifiés seulement). Ainsi, aurait-on vu quelques-unes des sélections historiques menacées par une élimination précoce. A l'inverse, avec deux qualifiés automatiques par groupe et le troisième disputant un barrage, un tremblement de terre est un scénario tout bonnement farfelu.

Lire la suite

La France se contente d'un match nul 1 à 1 le 14 novembre, voici les autres résultats et résumés des rencontres du 15 novembre :


Revivez la victoire de l'Equipe de France pour le match amical France 1 - 0 Suède en direct sur lefoot.fr avec toutes vos réactions Twitter

Luxembourg 0 - 3 Ukraine
Angleterre 3 - 1 Slovénie
Saint-Marin 0 - 0 Estonie
Autriche 1 - 0 Russie
Moldavie 0 - 1 Liechtenstein
Macédoine 0 - 2 Slovaquie
Espagne 3 - 0 Bélarus
Suisse 4 - 0 Lituanie
Monténégro 1 - 1 Suède

Résumé des matchs du dimanche 16 novembre Cette 4ème journée des éliminatoires nous réservait un choc en guise de conclusion. De choc, il n'y aura eu que le bruit des fumigènes martyrisant la pelouse de San Siro. Perchés tout en haut de Giuseppe Meazza, les supporters croates n'ont pas fait seulement apprécier leur puissance vocale, ils ont également fait entendre bruyamment leur opposition à leur fédération. Un mécontentement qui a conduit l'arbitre de la rencontre a stoppé à deux reprises la rencontre.
La faute aux nombreux engins pyrotechniques qui s'abattaient sur la pelouse. Un premier arrêt avait été demandé en première mi-temps. Celui-ci n'avait été que de toute courte durée. Celui qui allait suivre alors que l'on approchait le dernier quart d'heure fut d'une toute autre teneur. La fumée bien trop épaisse mit plus de douze minutes à se dissiper. L'arbitre n'eut alors d'autre choix que d'arrêter la partie. Elle allait reprendre sur les mêmes bases qu'on l'avait cependant quittée. La Croatie, bien que rapidement privée de son maitre à jouer, Modric, sorti sur blessure, avait pris le contrôle du jeu et imposait son tempo.
L'ouverture du score précoce de Candreva pour la Squadra Azzurra ne changea rien à l'affaire et au plan de jeu des hommes de Nico Kovac. Perisic allait d'ailleurs remettre les deux formations à égalité dans la foulée. Il profitait là d'une faute de main inhabituelle de Gianluigi Buffon. L'attaquant de Wolfsburg allait, en revanche, manquait de discernement et de précision dans les arrêts de jeu. Son dribble trop long sur le portier italien ne lui permit pas de convertir ce qui aurait été alors le but de la victoire. Au final, ce résultat nul ne déplaît à personne, les deux nations se partageant la tête du groupe avec 10 points. Il soulève toutefois certaines interrogations sur la capacité de l'Italie à faire le jeu face à des équipes d'un calibre technique et tactique intéressant.

Ce partage des points profitent surtout aux Norvégiens, tout heureux de revenir à 1 point. A la faveur de leur victoire difficilement acquis aux dépens de l'Azerbaïdjan, ils se relancent totalement dans la course de la qualification. Dès lors, le déplacement de la Norvège en Croatie lors de la prochaine journée des éliminatoires prend une toute autre dimension. Assurément, celui-ci vaudra cher. Très cher même. Tout comme la victoire de la République Tchèque face à l'Islande.
A l'image du choc entre Italiens et Croates, cette affiche entre Tchèques et Islandais proposaient un choc entre deux équipes ayant réalisé un début de campagne qualificative sans accroc. Ces derniers allaient néanmoins craqué à la suite d'un but aussi malheureux que décisif. L'infortuné Halldorsson reprenant le centre en retrait du Bordelais, Plasil, dans ses propres buts. L'Islande de Sigurdsson n'allait pas s'en remettre. Elle laisse s'échapper au classement la vieillissante mais toujours disciplinée République Tchèque. Avec 12 points après 4 journées, elle s'ouvre en grand le chemin de l'Euro 2016 jusqu'en France. Les Islandais voient, à l'inverse, les Hollandais revenir quelque peu. Sous pression, les hommes de Guus Hiddink, dont l'avenir semble toujours s'inscrire en pointillé, sont parvenus à se défaire aisément de la Lettonie. A Amsterdam, les Oranje, frustrés par leurs deux revers en trois matchs, n'ont fait qu'une bouchée des Lettons. Le trio Robben-Huntelaar-Van Persie a ainsi retrouvé un semblant de cohésion en même temps qu'il faisait parler son adresse. Résultat, les Hollandais en passaient six… Une facilité qui a également habité les Chypriotes au moment d'accueillir la principauté d'Andorre. Leur succès sans appel, cinq à zéro, a de quoi inquiéter la Belgique, les Pays de Galles et surtout la Bosnie. La fédération bosnienne n'a d'ailleurs pas tardé à réagir. Suite à la débâcle des partenaires d'Edin Dzeko en Israël (défaite 3-0), Safet Susic a été démis de ses fonctions d'entraîneur. Premier sélectionneur à avoir qualifié son pays pour une phase finale (Mondial 2014), son aura incomparable et son crédit immense n'auront pas résisté à des éliminatoires virant au fiasco (2 points après quatre journées).
Dans ce groupe, les Diables Rouges belges dont on pensait qu'ils allaient tuer tout suspense avec leur génération dorée, ne sont pas à l'abri d'une terrible déconvenue non plus. S'ils demeurent toujours invaincus, les coéquipiers d'Hazard n'ont pas réussi à se défaire du Pays de Galles à domicile. Guère rassurant. D'autant qu'ils n'avaient su faire mieux que match nul en Bosnie il y a un mois. Pourtant, ce n'est pas faute d'avoir essayé. Face aux Gallois, les Belges se sont crées plusieurs opportunités franches. Par manque d'adresse, ils n'ont su conclure leur domination. Lukaku, Benteke, Chadli et Lombaerts tombant tour à tour sur le portier gallois. Pis, ils auraient pu s'incliner si Courtois n'avait pas admirablement détourné un coup franc de Bale qui prenait le chemin des buts. Au final, cette poule B apparaît plus disputée que jamais avec quatre équipes se tenant en quatre points. Leader avec trois succès en autant de rencontres, l'Israël a pris un petit avantage. Le garder ne sera pas chose aisée…

Les affiches proposées lors de la journée de samedi n'évoquaient qu'une vague idée du rêve. Et posaient même parfois la question d'un intérêt réel. C'était oublié bien trop vite la magie que suscite le football. En un mot, cette soirée est à ranger sous le signe de l'histoire.

Et pas seulement parce que Wayne Rooney a franchi la barre hautement symbolique des 100 sélections avec l'Angleterre. Pour sa centième, l'attaquant de Manchester United ne s'est pas fourvoyé. Après avoir provoqué la faute d'un défenseur slovène dans la surface de réparation au terme d'un rush aussi puissant qu'incertain, il se chargeait de transformer en force la sentence suprême. Pourtant, l'histoire avait pris des allures de mauvaise série B.
La première mi-temps anglaise ressemblait, de près ou de loin, à un vulgaire gloubi-boulga. Rien d'appétissant, il avait cependant des vertus soporifiques. Car voilà, les Anglais avaient pris le match à l'envers. Sans doute émus par l'entrée de Rooney sur le terrain au bras de ses deux petits rejetons, ses partenaires se livraient à une succession d'imprécisions enveloppée d'une grosse panne d'imagination.
Un retard à l'allumage dont profita des Slovènes, pourtant venus avec des ambitions offensives très limitées. A la suite d'un coup-franc excentré, Henderson trompait son propre gardien.
Un avantage de courte durée.
Rooney se chargeant de la révolte sur l'engagement. En donnant le ton, le capitaine de la sélection aux Trois Lions a remis les siens à l'endroit et ouvert la voie à un succès finalement maîtrisé. Welbeck (Arsenal) inscrit un doublé en l'espace de six minutes pour matérialiser cette supériorité d'ensemble. Rooney, drapait dans ses habits de sauveur de la nation, ne pouvait finalement rêver à meilleur scénario. D'autant qu'il entrouvre les portes de l'Euro 2016 en grand à l'Angleterre.

Qualifications de l'Euro 2016 du 15 novembre, lire la suite ici

Le Match nul de la France contre la France et les autres rencontres du 14 novembre:

Au cœur de ses éliminatoires de l'Euro 2016, il est bon de jeter un regard attentif au parcours de l'équipe de France. Non pas que celui-ci prive les Bleus d'une participation à la phase finale organisée sur ses terres mais il est un indicateur précieux du potentiel de cette formation et de son appétit à conquérir un titre européen.

Le match amical d'hier soir face à l'Albanie n'a pas été le plus probant sur le plan du jeu. Deschamps s'essayant, avec peu de succès, à l'innovation avec la mise en place d'un 4-4-2.

Il n'empêche. Il intervient, à point nommé, pour rappeler à tous que la marge des Tricolores est inexistante lorsqu'ils ne mettent pas les ingrédients nécessaires à la construction d'une victoire. Quand ses meilleurs éléments sont moins disciplinés et inspirés, c'est l'ensemble qui vacille et se retrouve en difficulté. Comme souvent, la défense a montré des signes de fébrilité sur phases arrêtées. Le but de Mavraj, auteur de l'ouverture du score albanaise, est encore une fois intervenu à l'issue d'un coup de pied arrêté.

En 2014, les hommes de Deschamps ont cédé à 6 reprises de la sorte. Quand on sait qu'ils ont concédé 7 buts au total sur la période, le ratio a de quoi nourrir quelques sources d'interrogation et d'inquiétude. Nul doute que le sélectionneur se penchera sur la question. D'autant que Cana avait déjà bien failli trouver l'ouverture dès la 2ème minute à la réception d'un… corner. Son coup de tête n'ayant finalement fait trembler que la barre transversale de Lloris. Pour son retour, le capitaine des Bleus n'a pas franchement passé une soirée des plus reposantes. Le gardien de Tottenham a notamment dû s'employer à plusieurs reprises pour maintenir les Bleus à flots. Car voilà, ces derniers ont souffert mille maux. Cela faisait bien longtemps qu'on ne les avait plus vus autant en difficulté. Et qu'on se le dise, ce n'est pas plus mal.

Cette formation saura se souvenir de cette rencontre pour se forger un mental en mesure de balayer les tourments et les problèmes que ses adversaires dresseront sur sa route. Il a donc fallu l'apport de trois éléments frais – Gignac à la place d'un décevant Lacazette, Kurzawa pour sa première sous le maillot national à la place d'un Digne peu inspiré et de Griezmann à la place d'un Cabaye toujours à la peine – pour que l'équipe de France revienne au score.

Le joueur de l'Atlético Madrid va, à cette allure, se faire une spécialité des buts inscrits en sortant du banc. Dès son entrée en jeu, l'ailier a mis dans le sens du jeu ses coéquipiers, matérialisant son enthousiasme en efficacité. Ainsi, il a égalisé d'une frappe du gauche, concluant un rush magnifique relayé par Jallet.
Son 6ème but avec les Bleus. Tous marqués dans la peau d'un remplaçant. La France tient là son « Super Sub ».

Lire la suite des matches de l'Euro 2016 ici

Matches amicaux

France 1 - 1 Albanie
Etats-Unis 1 - 2 Colombie
Jordanie 0 - 1 Corée du Sud
Chine 1 - 1 Nouvelle Zélande
Japon 6 - 0 Honduras

Matches de qualifications

Allemagne 4 - 0 Gibraltar
Ecosse 1 - 0 Eire
Grèce 0 - 1 Iles Féroé
Hongrie 1 - 0 Finlande
Portugal 1 - 0 Arménie
Serbie 1 - 3 Danemark
Géorgie 0 - 4 Pologne

Deschamps contraint de revoir ses plans

La pluie de forfaits qui s'abat sur Didier Deschamps et l'équipe de France n'a pas cessé. Si l'annonce de la première liste des 23 sélectionnés avait constitué une accalmie. Elle ne fut que passagère. Le week-end est passé par l€™à et les blessures sont de nouveau tombées €™à Gravelotte. Matuidi, victime d'une fracture des deuxième et troisième métacarpiens de la main droite, a été contraint de décliner sa convocation. Tout comme Benoît Trémoulinas touché au gros orteil gauche lors de son dernier match avec le FC Séville. Deux absences qui, conjuguées aux incertitudes liées €™à l'état de santé de Loïc Perrin (qui n'a pas été aligné lors de Saint-Etienne – Monaco) et d'Eliaquim Mangala (diminué physiquement lors de la rencontre entre QPR et Manchester City), ont obligé le sélectionneur €™à revoir ses plans et plus étonnement €™à changer sa ligne directrice. Si Deschamps a de nouveau puisé dans le réservoir qu'il s'était lui-même fabriqué lorsqu'il avait présélectionné 30 joueurs en vue de la Coupe du Monde, il a également opté pour la volte-face. En ce sens, si l'appel de Maxime Gonalons, réserviste et performant au sein d'une formation lyonnaise qui tourne a plein régime, embrasse une forme de continuité et de logique, la sélection de Kurt Zouma et surtout celle de Layvin Kurzawa ont de quoi surprendre.

Alors qu'il avait martelé quelques jours plus tôt, son intransigeance envers la génération des Espoirs, voil€™à que deux de ses membres font l'apparition. Si le défenseur central de Chelsea n'avait pas pris part €™à la débâcle face €™à la Suède pour cause de… blessure, le latéral gauche monégasque a symbolisé la gabegie nordique. Son geste un brin provocateur au moment de son but – finalement insuffisant - avait ainsi notamment déclenché une polémique quelque peu disproportionné. Le sélectionneur a d'ailleurs tenu €™à clarifier la situation : « Quand je suis amené €™à prendre des positions, j'aime bien m'y tenir. Mais pour Layvin, les circonstances m'ont amené €™à modifier ma position initiale. Même si j'ai dit certaines choses au moment o€™ù j'ai publié ma liste, il me paraissait logique de changer d'avis. Cela me permettra de le voir dans le groupe, et de l'avoir en face de moi." Interrogé sur sa petite pique, il a également tenu €™à arrondir les angles tout en faisant preuve de fermeté : "Je ne l'ai pas prononcée pour qu'il rase les murs. De toute façon, je n'ai jamais vu un joueur appelé pour sa première sélection débarquer €™à Clairefontaine avec le clairon et la trompette... Encore une fois, j'ai changé d'avis parce que c'était logique. Si Benoît Trémoulinas ne s'était pas blessé, on ne serait pas en train d'argumenter sur le sujet." A qui le tour ?

Voici la liste des 23 sélectionnés

Gardiens de but : Lloris (Tottenham/ANG), Mandanda (Marseille), Costil (Rennes)

Défenseurs : Digne (Paris SG), Jallet (Lyon), Mangala (Manchester City/ANG), Sagna (Manchester City/ANG), Varane (Real Madrid/ESP), Yanga-Mbiwa (AS Rome/ITA), Perrin

(Saint-Etienne), Kurzawa (Monaco), Zouma (Chelsea/ANG)

Milieux de terrain : Cabaye (Paris SG), Pogba (Juventus/ITA), Schneiderlin (Southampton/ANG), Sissoko (Newcastle/ANG), Guilavogui (Wolfsburg/ALL), Gonalons (Lyon)

Attaquants : Benzema (Real Madrid/ESP), Gignac (Marseille), Griezmann (Atlético Madrid/ESP), Payet (Marseille), Valbuena (Dynamo Moscou/RUS), Lacazette (Lyon)



Equipe de France : Deschamps dévoile sa liste le 6 novembre

Euro 2016 - Rencontres Amicales : 14/11 et 18/11

Didier Deschamps a donc dévoilé sa liste de 23 joueurs pour les deux prochaines rencontres amicales de la France face à l'Albanie (à Rennes le 14 novembre) et à la Suède (à Marseille le 18 novembre). De cette liste, 3 lignes directrices émergent nettement. En voici le détail.

Entretenir la dynamique du Mondial

Depuis la qualification inespérée pour le Mondial au Brésil, l'équipe de France surfe sur une vague mêlant plaisir et joie de vivre ensemble. Un enthousiasme communicatif qui s'est propagé sur et en dehors du terrain. Prolongé dans ses fonctions, le sélectionneur s'est donné comme objectif prioritaire de la cultiver avec un noyau de joueurs ayant vécu cette expérience ukraino-brésilienne. Aidé en cela par la qualification automatique pour l'Euro, il peut s'appuyer sur un groupe de joueurs dénués de toute pression et faire appel, au coup par coup, à certains candidats potentiels. En ce sens, le sélectionneur s'est montré dithyrambique à l'égard de Karim Benzema. Comme il avait pu le faire auparavant pour certains de ses joueurs (Varane, Pogba) : « On peut dire qu'il est à l'âge de la maturité, mais il est performant depuis de longues années, il n'y a qu'à regarder ses statistiques et le club o€™ù il joue. Il peut toujours faire mieux mais pour moi c'est un privilège de l'avoir dans l'équipe. C'est un joueur très important pour son club et pour nous aussi, il a le plaisir d'être là, ça se voit, c'est un attaquant de très haut niveau. » Après avoir traversé une longue période de disette sous le maillot bleu (1222 minutes sans avoir inscrit de but), l'attaquant du Real Madrid a depuis retrouvé le chemin des filets et effectué une très belle Coupe du Monde. Son implication, son positionnement sur le terrain et son état d'esprit ne sont plus des sujets de préoccupation. L'émergence à ses côtés d'un autre Madrilène, Raphaël Varane, et du Tuninois, Paul Pogba, valide l'idée d'une colonne vertébrale au talent incroyable. Autour de laquelle gravite des éléments immuables (Matuidi, Lloris, Valbuena), des hommes de devoir (Sagna, Mandanda, Sissoko) et des jeunes talents qui confirment au plus niveau (Griezmann, Mangala, Digne). Fort de cette ossature, le sélectionneur s'est bâti une formation à même de surmonter les absences ponctuelles.

Faire appel aux réservistes de la Coupe du Monde

Face à l'hécatombe de blessures dans le secteur défensif, Deschamps a ainsi largement dans le vivier des réservistes qu'il avait désigné en vue de la préparation à la Coupe du Monde. Ainsi Stéphane Ruffier (Saint-Etienne), qui avait été finalement appelé pour compenser l'absence sur blessure de Steve Mandanda (Marseille) est monté dans la hiérarchie pour s'installer confortablement dans la peau du troisième gardien. Si son absence dans la liste avait suscité l'interrogation, le sélectionneur a vite rappelé qu'elle était due à une blessure. De fait, même si le gardien stéphanois est aligné en club, il évolue blessé. Il profitera donc de la trêve internationale pour soigner son pépin physique. Son remplaçant Benoît Costil aura donc le bonheur de fouler la pelouse du Stade de la Route de Lorient non pas en tant que portier du Stade Rennais mais en tant que celui de l'équipe de France. Un beau cadeau en somme. Comme celui fait Loïc Perrin, L'homme d'un seul club qui, après avoir été l'invité surprise parmi les réservistes, fait de nouveau son apparition dans le groupe France. Diminué physiquement en début de saison, le capitaine stéphanois revient peu à peu à son meilleur niveau. Son calme et ses qualités de relance confirment qu'il est l'un des meilleurs défenseurs centraux de Ligue 1. Passé lui aussi parmi la maison verte, Benoît Trémoulinas, qui s'était relancé dans le Forez au point d'avoir fait partie des réservistes, fait également son apparition. Il faut dire que ses performances avec le FC Séville sont exceptionnelles. Et permettent ainsi au club andalou de poursuivre une année 2014 remarquable, avec notamment une victoire en Europa League. Morgan Schneiderlin, qui avait profité de la blessure de Clément Grenier pour faire partie du voyage au Brésil, s'est lui solidement installé dans la rotation, repoussant notamment la menace représentée à son poste par Gonalons (qui était lui aussi réserviste) et Mavuba loin derrière. A l'instar de Trémoulinas, son club (Southampton) réussit le pari de suivre le train mené par Chelsea en tête de la Premier League. Ce n'est pas rien. Enfin, et en toute logique au regard de son début de saison, Alexandre Lacazette fait son retour ! Après avoir fini second meilleur buteur de L1 l'an passé avec 15 buts, le Lyonnais est reparti sur des bases bien plus élevées cette année. Avec déjà 10 réalisations au compteur (4 passes décisives), il est le joueur le plus influent du championnat de France. Sa présence n'a donc rien d'une surprise. Au final, cinq des sept réservistes demeurent partie intégrante du projet du sélectionneur. Ce qui n'est pas encore le cas des Espoirs…

Non à la précédente génération des Espoirs

Il ne faisait guère de doute que Deschamps ne s'appuierait pas sur la génération des Espoirs. Eliminée une nouvelle fois de l'Euro en barrages, celle-ci n'a pas seulement été battue sur le terrain par la Suède. Son comportement a réveillé quelques souvenirs et mésaventures que le sélectionneur a balayé un an un. Oh bien sûr, le geste plein de facétie de Layvin Kurzawa, narguant les Suédois après son but, n'a rien de comparable avec les évènements de Knysna. Une provocation un brin déplacée que le jeune Monégasque a regretté et qui le suivra sans doute tout au long de sa carrière. La faute à une diabolisation, elle aussi, bien trop disproportionnée. Reste que la Fédération semble prise d'une incroyable paranoïa à chacun des « écarts », aussi bénin soient-ils, d'un de ses internationaux. Une attitude qu'elle ferait peut-être bien de s'appliquer à elle-même. Car voilà, si cette double confrontation face à la Suède revêtait une importance capitale, pourquoi ne pas avoir dans le même sélectionné Varane et Pogba alors que les A ne disputaient que des matchs amicaux sans enjeu particulier ? Quoi qu'il en soit, DD a été très clair sur le sujet : « Cela ne vise pas certains d'entre eux, mais l'ensemble. Je n'avais pas envie de promouvoir un joueur de cette génération suite à ce qu'il s'est passé il y a moins d'un mois et leur élimination pour le championnat d'Europe. C'est pour cela que j'ai pris cette décision là. » Au regard des absences défensives, certains auraient néanmoins pu prétendre à une place dans le groupe. On pense notamment à Kurt Zouma. Le défenseur central de Chelsea tend à se faire une place au sein du groupe de Mourinho. Ces prestations sont même unanimement soulignées par ses partenaires et les médias anglais. Des éloges et des performances qui n'ont pas dû échapper au sélectionneur mais qui ne l'ont pas convaincu de mettre un coup de canif à la sanction collective adressée à cette génération. Tôt ou tard, certains d'entre eux feront pourtant leur apparition dans les 23. C'est une certitude. Les Kurzawa, Laporte, Umtiti, Thauvin et Ntep auront la chance. Il faudra cependant qu'ils apprennent la patience…

Voici la liste des 23 sélectionnés

Gardiens de but : Lloris (Tottenham/ANG), Mandanda (Marseille), Costil (Rennes)

Défenseurs : Digne (Paris SG), Jallet (Lyon), Mangala (Manchester City/ANG), Sagna (Manchester City/ANG), Varane (Real Madrid/ESP), Yanga-Mbiwa (AS Rome/ITA), Trémoulinas (FC Séville/ESP), Perrin (Saint-Etienne)

Milieux de terrain : Cabaye (Paris SG), Matuidi (Paris SG), Pogba (Juventus/ITA), Schneiderlin (Southampton/ANG), Sissoko (Newcastle/ANG), Guilavogui (Wolfsburg/ALL)

Attaquants : Benzema (Real Madrid/ESP), Gignac (Marseille), Griezmann (Atlético Madrid/ESP), Payet (Marseille), Valbuena (Dynamo Moscou/RUS), Lacazette (Lyon)

Avant l'annonce des 23

En vue des matchs amicaux des 14 et 18 novembre prochains, Didier Deschamps communiquera la liste des joueurs retenus pour les rencontres face €™à l'Albanie (Stade de la Route de Lorient €™à Rennes) et face €™à la Suède de Zlatan Ibrahimovic (Stade Vélodrome de Marseille). Dans cette optique le sélectionneur était €™à l'Allianz Rivera de Nice le week-end dernier. Sans doute pour observer d'un peu plus près le joueur le plus décisif du championnat de France depuis le début de la saison le Lyonnais Alexandre Lacazette (mais aussi Samuel Umtiti et Christophe Jallet).
Absent de la dernière liste, l'attaquant de l'OL n'a cessé depuis de faire gonfler ses statistiques. Et son influence sur le jeu rhodanien n'en finit plus de grandir. En témoigne également le brassard de capitaine qu'il portait face €™à l'OGCN en l'absence de Gonalons. L'adjoint de Deschamps, Guy Stéphan, était, lui, du côté du Moustoir pour assister €™à la rencontre en Lorient et le Paris Saint-Germain.
Il a ainsi pu apprécier l'entrée du jeu de Blaise Matuidi et la prestation en tant que titulaire de Lucas Digne et de Yohan Cabaye. Ce dernier s'est d'ailleurs signalé par une prestation indigente, marquée notamment par deux pertes de balle grossières qui auraient pu valoir très cher €™à son équipe. Déj€™à peu €™à son avantage ces dernières semaines, l'ancien joueur de Newcastle, fragilisé sur le plan mental, semble en grande difficulté. Au contraire de son ancien partenaire €™à Lille, Lucas Digne qui a de nouveau profité de la blessure de Maxwell pour prouver l'étendue de tout son talent sur son flanc gauche.

Pour rappel voici la dernière liste des joueurs convoqués par Didier Deschamps pour les matchs amicaux face au Portugal (victoire 2-1) et €™à l'Arménie (victoire 3-0) :

Gardiens
- Benoît Costil - Hugo Lloris - Steve Mandanda

Défenseurs
- Lucas Digne - Patrice Evra - Christophe Jallet - Eliaquim Mangala - Jérémy Mathieu - Bacary Sagna - Raphaël Varane

Milieux
- Yohan Cabaye - Blaise Matuidi - Paul Pogba - Morgan Schneiderlin - Moussa Sissoko

Attaquants
- Karim Benzema - Rémy Cabella - André-Pierre Gignac - Antoine Griezmann - Dimitri Payet - Loïc Rémy - Mathieu Valbuena

Les blessures d'Eliaquim Mangala (Manchester City), de Jérémy Mathieu (FC Barcelone) et Loïc Rémy (Chelsea) qui, selon toute vraisemblance, seront forfait pour les deux prochains matchs de l'équipe de France, vont obliger le sélectionneur €™à repenser sa liste. En défense central, Didier Deschamps, toujours €™à la recherche de la bonne formule (qui associer €™à Varane dans l'axe ?), pourrait être tenté de faire appel €™à un voire deux nouveaux venus en A. On pense notamment au trio passé par la case Espoirs Aymeric Laporte (Athletic Bilbao), Samuel Umtiti (Lyon) et surtout Kurt Zouma (Chelsea).
L'ancien prodige de Saint-Etienne, désormais exilé €™à Londres sous les ordres de José Mourinho, commence €™à faire €™à son trou chez les Blues. Pour preuve, il a disputé son premier match de Ligue des Champions au cours duquel la presse anglaise a, €™à l'unanimité, souligné sa performance.
Le mystère entourant l'identité du remplaçant de Loïc Rémy laisse, lui, en revanche peu de place €™à la spéculation. Alexandre Lacazette et ses 10 buts en Ligue 1 semblent tout désigner pour suppléer Rémy. A l'inverse, les retours de blessure de Stéphane Ruffier (Saint-Etienne) et de Mathieu Debuchy (Arsenal) devraient, en toute logique, pousser Benoît Costil (Rennes) et Christophe Jallet (Lyon) hors des 23 joueurs sélectionnés.

Pour le reste, la forme affichée par certains Bleus fait plaisir €™à voir. On pense notamment €™à l'éclosion progressive d'Antoine Griezmann €™à l'Atlético Madrid. Alors qu'il semblait avoir du mal €™à digérer son premier transfert vers le champion d'Espagne en titre, le milieu de terrain offensif se montre de plus en plus incisif et décisif. Un état de forme partagé par ses compères madrilènes du Real, Raphaël Varane et Karim Benzema, qui enchaînent les performances du haut niveau. En Angleterre, les milieux de terrain Moussa Sissoko et Morgan Schneiderlin sont pour beaucoup dans la bonne passe de leurs équipes respectives.

Ce qui n'est pas forcément le cas de Rémy Cabella. L'ancien Montpelliérains a toutes les peines du monde €™à se faire une place parmi le onze titulaire de Newcastle. Ce qui n'empêche pas pour autant les Magpies de surfer sur une belle série de trois succès en moins d'une semaine face €™à Tottenham, Manchester City (but de Sissoko) et Liverpool. Excusez du peu. Le Southampton de Schneiderlin mène, lui, la chasse €™à Chelsea en tête de la Premier League. Rien que ça. En Italie, Paul Pogba continue de rayonner même si la Juventus éprouve beaucoup plus de difficultés en Ligue des Champions. Bref, les Bleus se portent bien.

On ne va pas s'en plaindre.

Qualifications Euro 2016 - Matches live avec LeFoot.fr

La France continue sur sa bonne lancée et gagne 3 à 0 face à l'Arménie, la route de l'Euro 2016 semble tranquille pour le moment ! Allez les Bleus !

Ces éliminatoires n'en finissent donc pas de nous surprendre. Journée après journée, la magie du football opère et nous offre un spectacle riche en spectacle et en rebondissements. On ne va pas s'en plaindre. Les petites nations s'en donnent donc €™à cœur joie.
Hier soir, ce sont les îles britanniques qui ont fait souffler un vent de fraîcheur sur le Vieux Continent. L'Irlande du Nord, l'Irlande et l'Ecosse ont surpris tout leur monde en rapportant des points précieux de leurs déplacements périlleux en Grèce, en Allemagne et en Pologne.
On ne donnait pourtant pas cher de leur peau. Mais voil€™à, comme souvent, les nations britanniques soutenues en masse €™à chacun de leurs voyages ont su trouver les ressources mentales pour ne pas s'avouer vaincues. Le champion du Monde allemande a en fait les frais...

Lire la suite sur la dènière journée en date des matches éliminataoires de l'Euro 2016

Matches amicaux
14 Oct 2014 Mardi Arménie 0 - 3 France
14 Oct 2014 Mardi Qatar 1 - 0 Australie
14 Oct 2014 Mardi Hong Kong 0 - 7 Argentine
14 Oct 2014 Mardi Corée du Sud 1 - 3 Costa Rica
14 Oct 2014 Mardi Japon 0 - 4 Brésil


Football| Qualifications Euro
14 Oct 2014 Mardi Allemagne 1 - 1 Eire
14 Oct 2014 Mardi Pologne 2 - 2 Ecosse
14 Oct 2014 Mardi Gibraltar 0 - 3 Géorgie
14 Oct 2014 Mardi Saint-Marin 0 - 4 Suisse
14 Oct 2014 Mardi Grèce 0 - 2 Irlande du Nord
14 Oct 2014 Mardi Finlande 0 - 2 Roumanie
14 Oct 2014 Mardi Iles Féroé 0 - 1 Hongrie
14 Oct 2014 Mardi Danemark 0 - 1 Portugal
14 Oct 2014 Mardi Serbie 0 - 0 Albanie

13 Oct 2014 Lundi Lettonie 1 - 1 Turquie
13 Oct 2014 Lundi Islande 2 - 0 Pays-Bas
13 Oct 2014 Lundi Bosnie-Herzégovine 1 - 1 Belgique
13 Oct 2014 Lundi Pays de Galles 2 - 1 Chypre
13 Oct 2014 Lundi Andorre 1 - 4 Israël
13 Oct 2014 Lundi Croatie 6 - 0 Azerbaïdjan
13 Oct 2014 Lundi Norvège 2 - 1 Bulgarie
13 Oct 2014 Lundi Malte 0 - 1 Italie
13 Oct 2014 Lundi Kazakhstan 2 - 4 République tchèque

Eliminatoirs Euro 2016 - Résultsts et situation

12 Oct 2014 Dimanche Ukraine 1 - 0 Macédoine
12 Oct 2014 Dimanche Estonie 0 - 1 Angleterre
12 Oct 2014 Dimanche Autriche 1 - 0 Monténégro
12 Oct 2014 Dimanche Russie 1 - 1 Moldavie
12 Oct 2014 Dimanche Bélarus 1 - 3 Slovaquie
12 Oct 2014 Dimanche Luxembourg 0 - 4 Espagne
12 Oct 2014 Dimanche Lituanie 0 - 2 Slovénie
12 Oct 2014 Dimanche Suède 2 - 0 Liechtenstein

Il ne faisait visiblement pas bon être champion en titre. Après les Espagnols, vainqueurs du dernier Euro, les Allemands, champions du monde après leur succès au Brésil €™à l'été dernier, ont également chuté lors de cette 2ème journée des éliminatoires. Lire la suite des matches éliminataoires de l'Euro 2016

11 Oct 2014 Samedi France 2 - 1 Portugal en cours

11 Oct 2014 Samedi Pologne 2 - 1 Allemagne
11 Oct 2014 Samedi Finlande 1 - 1 Grèce
11 Oct 2014 Samedi Irlande du Nord 2 - 0 Îles Féroé
11 Oct 2014 Samedi Albanie 1 - 1 Danemark

11 Oct 2014 Samedi République d'Irlande 7 - 0 Gibraltar 18:00
11 Oct 2014 Samedi écosse 1 - 0 Géorgie 18:00
11 Oct 2014 Samedi Roumanie 1 - 1 Hongrie 18:00
11 Oct 2014 Samedi Arménie 1 - 1 Serbie 18:00

C'était prévisible. Et contrairement €™à l'Espagne jeudi, aucun des favoris en piste hier soir ne s'est pris les pieds dans le tapis. La Belgique, pourtant privé d'Eden Hazard, a déroulé et régalé offensivement en dominant dans de grandes largeurs la modeste formation d'Andorre (6-0).
Les Pays-Bas se sont, eux, faits une petite frayeur de leurs fans en concédant l'ouverture avant de trouver la faille face au Kazakhstan (3-1 avec un très bon Van Persie). La Squadra Azzura a, elle, souffert mille maux pour se défaire de… l'Azerbaïdjan.
La faute €™à un but contre son camp de Chiellini (Juventus) €™à l'entrée du dernier quart-d'heure. Le même Chiellini qui avait délivré les siens en ouvrant le score en première mi-temps a récidivé €™à la 82ème minute pour offrir la victoire €™à l'Italie. Les bonnes opérations de la soirée reviennent €™à la Croatie et la République Tchèque respectivement tombeurs de la Bulgarie et de la Turquie €™à l'extérieur.
Le Champion du Monde en titre, l'Allemagne, serait bien inspiré de suivre leur exemple. En effet, un court mais périlleux déplacement s'offre €™à lui ce soir chez son voisin polonais. La Mannschaft le sait.

Ce qui l'attend au Stade National de Varsovie (58 000 places) ressemblera €™à tout sauf €™à une promenade de santé.
D'autant que son infirmerie affiche complet. Joachim Löw doit ainsi renoncer €™à aligner Draxler, Khedira, Reus, Gomez, Ozil et Schweinsteiger. Rien que ça.
A l'inverse, il pourra compter sur Thomas Müller, meilleur buteur de dernier Mondial, qui semble toujours aussi décisif lorsqu'il revêt le maillot de la sélection allemande. Difficile vainqueurs de l'Ecosse €™à domicile, les Allemands s'en étaient remis €™à son adresse et €™à son flair pour forcer la décision en fin de match (2-1, doublé du joueur du Bayern Munich).
Les Polonais avaient, a contrario, réussit leur carton de cette première journée des éliminatoires face au nouveau venu, Gibraltar (0-7).
Robert Lewandowski, le plus allemand des polonais (Dortmund puis Bayern Munich aujourd'hui), s'était régalé pour s'installer en tête du classement des meilleurs buteurs avec 4 réalisations. Celui qui avait également terminé meilleur scoreur de la Bundesliga l'an passé en a conscience. L'attente populaire autour de la sélection polonaise est immense. Elle a l'occasion d'y répondre en réparant une anomalie. Celle de n'avoir jamais battu l'Allemagne sur ses terres dans son histoire.
Ca promet !

A suivre également ce soir, le match amical de la France face au Portugal de Ronaldo !!!

Eliminatoirs Euro 2016 - Résulats

Voici les résultats du vendredi 10 octobre 2014 pour les qualifications de la Coupe d'Europe - Euro 2016


10 Oct 2014 Vendredi Lettonie 0 - 3 Islande

10 Oct 2014 Vendredi Pays-Bas 3 - 1 Kazakstan

10 Oct 2014 Vendredi Turquie 1 - 2 République tchèque

10 Oct 2014 Vendredi Belgique 6 - 0 Andorre

10 Oct 2014 Vendredi Chypre 1 - 2 Israël

10 Oct 2014 Vendredi Pays de Galles 0 - 0 Bosnie-Herzégovine

10 Oct 2014 Vendredi Italie 2 - 1 Azerbaïdjan

10 Oct 2014 Vendredi Malte 0 - 3 Norvège

10 Oct 2014 Vendredi Bulgarie 0 - 1 Croatie

La deuxième journée comptant pour les qualifications de l'Euro 2016 en France a encore vu s'inscrire beaucoup de buts, notamment 5 buts pour l'Angleterre face à la modeste équipe de Saint-Marin habituée à ce genre de résultats !


9 Oct 2014 Jeudi Bélarus 0 - 2 Ukraine
9 Oct 2014 Jeudi Macédoine 3 - 2 Luxembourg
9 Oct 2014 Jeudi Slovaquie 2 - 1 Espagne
9 Oct 2014 Jeudi Angleterre 5 - 0 Saint-Marin
9 Oct 2014 Jeudi Lituanie 1 - 0 Estonie
9 Oct 2014 Jeudi Slovénie 1 - 0 Suisse
9 Oct 2014 Jeudi Liechtenstein 0 - 0 Monténégro
9 Oct 2014 Jeudi Moldavie 1 - 2 Autriche
9 Oct 2014 Jeudi Suède 1 - 1 Russie

Les matches à venir

10 Oct 2014 Vendredi Lettonie - Islande à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Pays-Bas - Kazakstan à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Turquie - République tchèque à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Belgique - Andorre à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Chypre - Israël à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Pays de Galles - Bosnie-Herzégovine à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Italie - Azerbaïdjan à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Malte - Norvège à 20:45
10 Oct 2014 Vendredi Bulgarie - Croatie à 20:45

11 Oct 2014 Samedi edi République d'Irlande - Gibraltar à 18:00
11 Oct 2014 Samedi edi écosse - Géorgie à 18:00
11 Oct 2014 Samedi edi Roumanie - Hongrie à 18:00
11 Oct 2014 Samedi edi Arménie - Serbie 18:00
11 Oct 2014 Samedi edi Pologne - Allemagne à 20:45
11 Oct 2014 Samedi edi Finlande - Grèce à 20:45
11 Oct 2014 Samedi edi Irlande du Nord - Îles Féroé à 20:45
11 Oct 2014 Samedi edi Albanie - Danemark à 20:45

Retrouvez les résultats et calendrier complet sur LeFoot.fr/euro2016

Un match amical de plus pour l'Equipe de France

La France va affronter la Suède le 18 novembre.

L'annonce de la Fédération française de football nous réjouit car elle nous permet de voir les Bleus en action une fois de plus.

Le match aura lieu à Marseille et permttra à Mathieu Valbuena de renouer avec le stade marseillais.

Statistiques France - Suède : 18 matches, 9 victoires et 5 défaites !

Une sixième victoire en vue ? Espérons-le !

Avant France - Suède le 18 novembre, n'oubliez pas les matches des Bleus en octbre puis en novembre.
Voici le calendrier des Bleus :
11 octobre 2014 è 20h45 : France - Portugal, 14 octobre 2014 è 18h00 : Arménie - France puis 14 novembre 2014 è 20h45 : France - Albanie

Euro 2016 : SERBIE 1 - 1 FRANCE RESULTAT FINAL

La France termine le match en Serbie par un résultat nul : c'est positif. C'est une équipe plutôt défensive, il faudra devenir un peu plus offensif.

Egalisation méritée de la Serbie à la 79' minute.

But de Pogba à la 13' minute.

59' Entrée en jeu de Karim Benzema !

Reprise du match et belle entame de l'Equipe de France !

A la fin de la première mi-temps, la France s'est montrée moins décisive et subit dans les 20 dernières minutes...Espérons une meilleure deuxième mi-temps. Les Bleus mènent 1 è 0 !

Euro 2016 : C'est parti ! France 1 - 0 Espagne

Une rentrée plutôt réussie : la France bat l'Espagne 1 but à 0 grâce à Loïc Rémy.
L'Equipe de France confirme ainsi sa belle forme et reste dans le coeur des Français, regagné difficilement mais sûement après un beau parcours dans la Coupe du Monde 2014 !.

Avant l'euro 2016 : la Coupe du Monde 2014 pour l'Equipe de France de football au Brésil

A deux ans de l'Euro 2016, l'Equipe de France entre en lice aujourd'hui pour la Coupe du Monde 2014 face au Honduras : retrouvez le match France - Honduras en direct sur http://www.mondial2014.com/coupe-du-monde.

Le Stade de France accueillira le match d'ouverture et la finale de l'euro 2016 !

Calendrier de l'euro 2016 dévoilé par Jacques Lambert lors d'une conférence de presse au siège de la FFF en présence de Michel Platini, Noël le Graet et Najat Vallaud-Belkacem : Paris, Lyon et Marseille sont à l'honneur. Le Stade de France s'offre sans surprise la finale mais aussi le match d'ouvertre ainsi que 5 autres rencontres.

La ville de Paris accueillira 5 matches mais Lyon et Marseille seront le théâtre des demi-finales alors que les quarts de finale auront lieu à Lille, Bordeaux, Marseille et au Stade de France. Lieu plein de souvenirs pour les Bleus, notamment la victoire de la Coupe du monde.

Michel a exprimé son souhait d'organiser une belle fête aux parfums et couleurs de 1998 qui a vu la France triompher aux d&eaucute;pens du Brésil ! Calendrier Euro 2016 par Ville

Tirage au sort Eliminatoires Euro 2016 : la France face au Portugal ! Groupes des éliminatiores de l'euro

En tant que pays organisateur de l'Euro 2016, la France est d'ores et déjà qualifiée pour les phases finales de l'euro 2016. Ses résultats des matches éliminatoires ne compteront pas. Heureusement car la France retrouve le Portugal dans son groupe I.

Cela constituera sans nul doute un bon moyen de se préparer pour peut-être refaire vivre aux Français le bonheur de la Coupe du Monde 2010 !

Droits TV : Les matches de l'Euro 2016 seront-ils gratuits ? beINSPORT, TF1 et M6 se partagent les droits

Hélas tous les matches du Championnat d'Europe 2016 ne seront pas diffusés gratuitement è la télévision !

La chaîne payante beINSPORT ayant obtenu les droits de diffusion exclusifs des matches de l'euro 2016, TF1 et M6 ne pourront diffuser que 22 rencontres sur 51 au total !

Pour ce faire la chaîne qatarie va devoir payer plus de 60 millions d'euros et TF1 devront verser 25 millions avec M6.

Heureusement qu'il y le décrêt du 22 décembre 2004 qui garantit la diffusion des "évènements sportifs d'importance majeure" sur des chaînes gratuites ! Vous ne serez donc pas privés des demi-finales et de la finale !

Allez la France !

C'est le 28 mai 2010 que la France a été officiellement désignée pour organiser l'euro 2016 après une candidature menée par  Zinedine Zidane. Ce sera le premier Euro à 24 équipes.

Cette attribution a permis d'oublier l'échec français pour l'organisation des JO 2012 et permet au football français d'espérer un parcours gagnant pour l'Equipe de France !



La délégation française s'est sentie soulagée après cette attrbution et a parlé de formdiables opportunités que va permettre l'oganisation de cette compétition magique du ballon rond.

La France a battu l'Italie mais surtout la Turquie qui avait également un dossier prometteur.

Rama Yade,  secrétaire d'Etat aux Sports en 2010,  a exprimé sa joie en disant que "La France est un grand d'Europe et préserve son rang sportif, c'est formidable".

Au moins 10 stades dans les plus grandes villes françaises accueuilleront les matches dont bien sûr Paris, la capitale ou encore Marseille.

Retrouvez les groupes de l'euro 2016, le calendrier des matches, les résultats et toutes les infos de l'euro sur http://euro2016football.com/